Les lectures de Fifrildi...

Les lectures de Fifrildi...

Etoiles rouges. La littérature de science-fiction soviétique

étoiles.jpg

 

J'ai découvert l'existence de ce livre via la liste d'Alfaric « Russkaya Fantastika » et plus précisément grâce au commentaire d'AS76. Merci :)

J'avais déjà lu le recueil d'articles des mêmes auteurs : « Russkaya Fantastika : travaux sur la science-fiction et la fantasy russophone » (cfr. critique du 20/02/17) et celui-ci m'avait ouvert les portes de la SF russe. Avec « Etoiles rouges : la littérature de science-fiction russe » les auteurs approfondissent le sujet et me donnent envie d'aller encore plus loin dans mon exploration.

Ce qui m'a plu au départ : les pages intérieures en couleurs et la riche bibliographie (p. 257-297). Un livre de ce genre sans bibliographie est (à mon sens) vide de sens ^^

Il s'agit d'un guide de lecture qui passe en revue les auteurs et les oeuvres par époque :

- Au temps des tsars
- Un petit âge d'or de la NEP (1917-1929)
- Un déclin stalinien (1930-1935)
- Les années fastes (1956-1969)
- Deux utopistes en utopie : les frères Strougatski
- Entre rêve et censure
- Une stagnation politique et littéraire (1970-1981)
- Les prémices d'un nouveau monde (1982-1992)

Les auteurs russes ont vraiment évolué dans un contexte particulier. Sous Staline, écrire un livre de SF pouvait vous coûter la vie – je pense à Alexandre Tchaianov exécuté en 1937 (après 7 ans de prison) pour son 1984 (publié en 1920).

Parmi les auteurs/oeuvres qui ont attiré mon attention il y a :

- Ivan Efremov (son oeuvre en général)
- Sergueï Snegov (son oeuvre en général, mais rien de traduit en français)
- Anatoli Dneprov – L'île aux crabes (1958)
- Guennadi GorL'insupportable interlocuteur (1962)
- Abraham TertzLioubimov (1966)
- Alexandre et Sergueï Abramov (père et fils) – Cavaliers venus de nulle part (1967)
« … une sorte de mélange entre Rama d'Arthur Clarke et Simulacron 3 de Daniel Galouye, autrement dit un mariage réussi des thèmes de l'intelligence extraterrestre totalement incompréhensible et de la réalité virtuelle. »
- Gueorgui Chakhnazarov – Et les arbres, tels des cavaliers (1972)
- Kir Boulytchev – Mission sur la planète morte (L'anniversaire d'Alice) (1974)
Boulytchev a aussi écrit Demi-vie en 1972. Ce titre m'avait déjà fait de l'oeil dans le recueil d'articles et c'est vraiment frustrant car il n'a toujours pas été traduit. Il faut vraiment que je me remette au russe!
- Vladislav Krapivine et sa trilogie du Pigeonnier dans la clairière jaune (1985)
- Anatoli Kim – L'écureuil (1984)
- & le duo urkrainien Henry Lion OldieLa loi des mages (2000-2004)

J'en ai certainement oublié… mais ce n'est pas un livre que l'on range après l'avoir lu. Je vais souvent le consulter et relire des passages et aussi examiner attentivement la bibliographie des oeuvres pour partir à la pêche…

Un ouvrage de référence indispensable. 

 

 

(Critique publiée sur Babelio le 17/02/2018)



15/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres