Les lectures de Fifrildi...

Les lectures de Fifrildi...

Robert Silverberg


2018, l'année Silverberg

eryuretyjuyt.jpg

 

"Né en 1935, Robert Silverberg publie sa première nouvelle de science-fiction à 18 ans. Romancier prolifique, anthologiste, vulgarisateur scientifique, il a reçu quatre fois le prix Hugo, cinq fois le prix Nebula et neuf fois le prix Locus." (B. Campeis, Le Guide de l'uchronie, 2015)

 

Prix Hugo (selon Wikipédia à vérifier) 

  • 1951 - Ecrivain amateur 
  • 1956 - Nouvel auteur le plus prometteur
  • 1969 - Roman court : Les Ailes de la nuit
  • 1987 - Roman court : Gilgamesh in the outback???
  • 1990 - Nouvelle longue : Entre un soldat, puis un autre

 

Prix Nebula (selon Wikipédia à vérifier) 

  • 1969 - Nouvelle courte : Passagers
  • 1971 - Roman : Le Temps des changements
  • 1971 - Nouvelle courte : Bonnes nouvelles du Vatican
  • 1974 - Roman court : Né avec les morts
  • 1985 - Roman court : Voile vers Byzance
  • 2004 - Grand maître

 

Prix Locus (selon Wikipédia à vérifier)

  • 1971 - Anthologie ou recueil de nouvelles : The Science Fiction Hall of Fame, volume 1 
  • 1975 - Roman court : Né avec les morts
  • 1976 - Anthologie : Epoch par Roger Elwood et Robert Silverberg, éds.
  • 1981 - Roman de fantasy : Le Château de Lord Valentin 
  • 1988 - Roman court : La Compagne secrète
  • 1993 - Recueil de nouvelles : The Collected Stories of Robert Silverberg, Volume 1 : Secret Sharers
  • 1999 - Anthologie : Légende 
  • 2000 - Anthologie : Horizons lointains 

 

 Bibliographie sur Wikipédia 

 

4125-w300.jpg

Bifrost n° 49 

 

Titres recommandés dans Le science-fictionnaire de Stan Barets :

 

* Les portes des mondes (The Gate of the Worlds, 1967)

* Les masques du temps (The Masks of Time, 1968)

* Les ailes de la nuit (Nightwings, 1969)

* Les temps parallèles (Up the Line, 1969)

* L'homme dans le labyrinthe (The Man in the Maze, 1969)

* Les monades urbaines (The World Inside, 1971)

* Le fils de l'homme (Son of Man, 1971)

* L'oreille interne (Dying Inside, 1971)

* Le livre des crânes (The Book of Skulls, 1972)

* Shadrak dans la fournaise (Shadrach in the Furnace, 1976)

* LA TRILOGIE DE MAJIPOOR

1. Le château de Lord Valentin (Lord Valentine's Castle, 1980)

2. Chroniques de Majipoor (Majipoor Chronicles, 1982)

3. Valentin de Majipoor ( Valentine Pontifex, 1983)

* LA TRILOGIE DU NOUVEAU PRINTEMPS

1. A la fin de l'hiver (At Winter's End, 1988)

2. La reine du printemps (The New Springtime, 1990)

3. Les vestiges de l'automne (A Piece of the Great World, 2005)

* Les royaumes du mur (Kingdoms of the Wall, 1992)

 

Mais aussi... 

* Résurrections (Recalled of Life, 1962)

* Un jeu cruel  (Thorns, 1967)

* Les déserteurs temporels (The Time-Hoppers, 1967)

* Les déportés du Cambrien (Hawksbill Station, 1968)

* Revivre encore (To Live Again, 1969)

* Le temps des changements (A Time of Changes, 1971) - Prix Nebula 1972

* Les profondeurs de la terre (Downward to the Earth, 1971)

* L'homme programmé (The Second Trip, 1972)

* Le maître du hasard (également publié sous le titre L'Homme Stochastique) (The Stochastic Man, 1975)

* L'étoile des gitans (Star of Gypsies, 1986)

* Opération pendule (Project Pendulum, 1987)

* La face des eaux (The Face of the Waters, 1991)

 

6 recueils de nouvelles : 

* Compagnons secrets

* Pavane au fil du temps

* Trips

* L'appel des ténèbres

* Les chants de l'été

* Le nez de Cléopâtre 


22/11/2017
0 Poster un commentaire

Les ailes de la nuit

CVT_Les-Ailes-de-la-nuit_8769.jpg

Je viens de refermer ce livre et vraiment : quel bon moment de lecture. J'ai beaucoup apprécié l'histoire et la façon dont elle a été racontée surtout la partie qui fait le "récit cohérent de la chute de l'homme."
On suit le parcours d'un vieux Guetteur et des quelques personnages qui vont croiser son chemin pour l'aider à trouver sa destinée alors que la Terre a changé de propriétaire...
Robert Silverberg nous fait surtout réfléchir sur les limites à ne pas franchir pour faire de la Terre "un monde délaissé, un bras mort et stagnant de l'univers". Ce livre a été écrit en 1968 mais il est de toute évidence passé inaperçu car souvent je me demande combien de temps nous reste-t-il avant le point de rupture?
Quoi qu'il en soit, il fait partie des livres que je relirai à l'occasion.

 

(Publié sur Babelio le 20 septembre 2017)

 

 


11/11/2017
0 Poster un commentaire

Les déportés du Cambrien

9782253072423.jpg

 

Critique sur Babelio publiée le 22 juin 2016

 

J'ai découvert ce livre sur Babelio. Publié en 1968 (1978 pour la traduction française) voilà un livre qui s'est fait attendre pour intégrer mon top 100.

Je l'ai lu pour ainsi dire d'une traite. J'ai été prise par l'intrigue du début à la fin. le personnage de Jim Barrett est extrêmement bien dépeint (tous comme les autres personnages secondaires d'ailleurs).

L'alternance entre ce qu'il vit dans cette prison du fin fond des temps (le Cambrien se situe entre ~ 541 à 485 millions d'années avant J.-C.) et la succession des événements qui l'y ont conduit est assez bien balancée.

L'histoire est toute... comment dire? Simple? Je ne trouve pas le mot... un certain manque de suspense (dans le sens hollywoodien du terme ^-^) qui n'est pas pour me déplaire.

Jim raconte son histoire et c'est bouleversant. Je ne m'attendais pas vraiment à ces quelques larmes versées à la fin...

"Depuis l'adolescence, il n'avait cessé de vouloir renverser le pouvoir en place en accomplissant des millions de tous petits pas qui finalement ne l'avaient conduit nulle part."

 

 


22/06/2016
0 Poster un commentaire

Les Royaumes du Mur

CVT_Les-Royaumes-du-mur_7444.jpeg

 

C'est en lisant la critique d'Alfaric de l'adaptation BD de « La horde du Contrevent » que j'ai eu envie de lire ce livre. J'ai déjà lu quelques livres de Robert Silverberg et c'est un auteur qui me botte bien.

J'ai lu le roman d'Alain Damasio et mon avis était (et est resté) assez mitigé. Mais l'accroche d'Alfaric, je cite :
« Avec son livre-univers "La Horde du Contrevent", Alain Damasio a transposé une histoire planet opera de Robert Silverberg ("Les Royaumes du mur") à un univers planet opera de Serge Brussolo ("La Planète des Ouragans") » a éveillé ma curiosité. Je n'ai pas encore lu celui de Brussolo mais j'y compte bien.

L'histoire est racontée par Poilar Bancroche - notre héros - à la première personne. Et je dois avouer qu'il m'a tellement emmenée dans son univers que j'avais complètement zappé que c'était un planet opera mais au fur et à mesure de la lecture… on finit par s'en souvenir ^_^

La vie du peuple de Poilar est articulée autour d'un Pélerinage à Kosa Saag. Poilar lui en rêve depuis toujours. Chaque année, après plusieurs années de préparation, 40 pélerins (20 femmes et 20 hommes) tentent d'en rejoindre le sommet afin d'y rencontrer leurs dieux. le chemin qu'il faut emprunter pour y parvenir est tortueux, dangereux et on y croise aussi parfois l'horreur…

Ce n'était vraiment pas ce quoi je m'étais attendue mais je préfère être surprise que de deviner le pourquoi du comment dès le début du livre (ou plus loin). Cela étant dit, j'ai eu des petits indices qui m'ont mis sur la piste. Cette histoire m'a fait penser d'une certaine manière au livre de Christian Chavassieux « Les Nefs de Pangée » mais aussi à la nouvelle « Long cours » de Poul Anderson. Un bien curieux mélange qui m'a ravie.

«le Mur est un monde, le Mur est un univers»

Je n'ai pas vraiment envie d'en dire plus car j'en ai déjà dit trop !

Je dois juste ajouter que ce livre est truffé de petites perles sur le sens de la vie.

Excellent moment de lecture.

 

(Critique rédigée le 29 octobre 2017)


11/11/2017
0 Poster un commentaire